Category Archives: Actualité d’artgraphe

Dans cette section du site nous vous ferons par des actualités, news de cours de dessin artgraphe n’hésitez pas à laisser un message

Un choeur de plâtres !

Chers élèves,
Nous avons fait le stock de plâtres, une toute nouvelle collection
qui ne vous laissera pas de marbre.

Colonne majestueuse…

De vraies déesses voluptueuses.

 

Oscar n’a pas de problèmes avec les genres.

De quoi vous entraîner encore et encore, l’itération est la meilleure des progressions !
A bientôt dans notre atelier…

 

 

 

 

Oscar Bones ne sait plus où donner de la tête !

« Mais qui c’est Oscar ? »

Pour ceux qui douteraient encore de l’existence de notre cher Oscar
national, sachez qu’il a travaillé dur pour la rentrée !

Oui, c’est un être pensant de haute qualité qui veille sur l’Atelier…
Il laisse traîner son corps un peu partout mais c’est pour mieux réfléchir entre deux poèmes éclairés.
Bon c’est vrai qu’il n’a plus de calotte crânienne, et qu’il aurait également égaré son cerveau selon certaines
légendes très anciennes datant des fonds cryptologiques d’Artgraphe, retrouvées lors d’une fouille de la cave du 3ème sous-sol.
Enfin bon, nul besoin de matière Oscar est un être éthéré.

Shakespearien jusqu’au bout des os

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est pas tout hein… on se moque, on se moque, mais c’est qu’il nous a filé un sacré coup de main pour la rentrée. Premièrement, il a surveillé les fournitures hautement précieuses en effrayant les curieux à coup de regards osseux et autres regards vides.

Vous ne passerez pas !!!

Oscar est plein de ressources incroyables et inattendues. D’ailleurs il a presque réussi à ressouder son corps à sa tête pour passer l’aspirateur. Dans cette tentative extraordinaire il perdit un bras ou il eut la flemme et s’endormit dans l’escalier ?

Les fabuleuses aventures d’Oscar

On ne sait pas le fin mot de l’histoire, ne vous inquiétez pas on lui a revissé le bras. Par contre, c’était pas celui d’origine on n’est pas très bons chirurgiens, mais ça le rend encore plus unique que d’habitude. Cette unicité fait toute son originalité singulière !
P.S. Si vous passez par là durant les festivités occultes d’Halloween, évitez de le prendre pour une vulgaire décoration, il est très sensible. Il aimerait qu’on le considère comme une créature normale ici-bas.

A très vite, dans notre Atelier !

Une rentrée immersive sous les alcôves de l’Ecole viennoise.

Cette année on a envie de vous partager nos plus belles envies et découvertes culturelles.
Avant qu’il ne soit trop tard chers élèves retardataires, il est temps de faire un tour du
côté du siècle des lumières, non non pas celui-là… Celui de l’école viennoise et des vermeils
resplendissants de la figure de proue de cette fin du XIXème siècle : Gustav Klimt.
Rendez-vous à L’Atelier des Lumières, espace fraîchement restauré de l’ancienne fonderie des frères
Plichons et ce depuis avril 2018.

Plichon Fonderie Paris

Fonderie Plichon Argentique – Noir et Blanc ©CultureEspaces

Gustav Klimt Exposition Atelier Lumières

Vue intérieure exposition :
Gustav Klimt ©CultureEspaces

La Sécession viennoise n’aura donc plus de secret pour vous jusqu’au 11 novembre 2018. L’art immersif si vous n’avez jamais essayé, vous permet d’expérimenter avec vos sens des milliers d’oeuvres numérisées en haute résolution, synchronisées dans un mouvement que propulse la musique comme une onde houlante… une expérience sensorielle pour le moins contemplative ! Ce rapport à l’art à la limite de la synesthésie se marie harmonieusement à l’ère symboliste des oeuvres qui viennent couler sous vos pieds.
Pas moins de 140 vidéoprojecteurs lasers et 50 enceintes à sonorité spacialisée permettent cet étourdissement pictural.

Egalement, nous vous invitons à visiter le versant de l’exposition de Gustav Klimt dans un autre espace dédié à l’artiste peintre Hundertwasser, passeur de flambeau de la file révolutionnaire viennoise.

Hunterwasser Exposition Secession Viennoise

Hundertwasser ©CultureEspaces

Gustav Klimt 11 novembre 2018
Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise

La rentrée 2018 Des cours de dessin Artgraphe !!!

Les cours de dessin reprenne à partir du lundi 3 septembre 2018.
Vous pouvez trouver le planning hebdomadaire ici ainsi que le planning annuel.

Pour les personnes qui veulent renouveler un abonnement réservez un cours d’essais gratuits Nous pouvons procéder à la réinscription pendant le cours.

Dans l’attente de vous retrouver je vous souhaite une excellente fin d’été

 

 

 

Artgraphe les 25 heures de la BD 2017.

Pour rappel, le principe de l’événement était le suivant : le site organisateur proposait un thème associé à une contrainte le samedi 28 octobre à 13h; les participants devaient alors envoyer à leur site les planches d’une BD d’au moins 12 planches (couverture incluse) avant le dimanche 29, 13h. Pour l’occasion, un regroupement estampillé Artgraphe à été crée pour l’occasion à l’atelier du 5ème. Il était composé de Dorine et Marie (qui n’est pas tout le temps restée) pour ce qui est de la gente feminine, d’Igor, Gregory, Dani, Jérôme, Perceval et moi même pour ce qui est des garçons.
Voila donc le samedi 28 octobre 13h tapante, et le thème sera : LA PROPAGANDE. Sa contrainte est une « mise en abyme » sur au moins une des planches. Voila un thème bien corsé qui n’a pas manqué de rendre piquante Marion. Je vous livre quelques extraits de son mail qu’elle nous a envoyé à la découverte du thème :
« -Bon … Chers participants et découragés,
Cette année a été dure sur beaucoup de choses et pour beaucoup de gens … (Les migrants, la suppression de l impôt sur la fortune, le glyphosate, Hulot qui hulule plus, pas d été indien… ) bref, encore une difficulté de + : le thème et la contraire de cette nouvelle session des 25h (23h si on enlevé les pauses pipi, clope, et picole) mais … On est forts !!! On a déjà plein d idée , on est fatigué mais on s en fout on est tous jeunes (surtout dans la tête pour certains)
Marion votre prof du saturday afternoon fever »
Bon, malgré la rudesse de ce sujet, le petit groupe se forme à l’entrée de l’atelier, attendant sagement la fin du cours de Vanessa. Chacun a pris de quoi pouvoir réussir des planches de qualité ( ordinateurs portables, scanners dernier cri, feutres et crayon à la puissance inégalée et règle tout terrain de 60 cm).
L’investissement du local se fait de manière monacal, et les tables sur tréteaux occupent à présent l’ensemble de la pièce. Un coin est dédié à tout ce qui sera victuailles et mal-bouffe en tout genre. Notons au passage qu’a peine l’espace mis en place, notre reserve de Chokobons a été sévèrement entamé par une Vanessa restée sur place pour l’entre deux cours.
Ayé, on est lancé.
Marion arrive, et ses élèves font de même. Nous sommes encore à la gestation d’un scénario alors que Marion dirige les autres élèves vers la créations d’illustrations sur le thème identique. L’exercice de la mise en abyme sera de récupérer un élément du dessin du voisin et de l’intégrer au sien. Ca fait mouche et ils s’activent avec une ferveur insoupsonnée.

Sur la table des participants à l’event, il faut dire que l’on piétine. Mais chemin faisant, une histoire commence à naitre et les premiers contours du récit se précisent. Il s’agira de l’histoire d’un mec. Un classique du genre. Marie passe, mais se sentant intimidé, elle préférera se retrouver chez elle pour pondre son histoire. Elle repassera plus tard. La fin du cours de Marion arrive vite. Dani venu renforcé l’équipe en cours d’après midi booste la création de la BD. Les élèves du samedi quand à eux laissent une production folle de leur dessins à l’atelier.

En ce qui nous concerne, on entame une phase de character design. Notre héros (Fix pour les intimes) devient de plus en plus tangible sous les coups de crayons du groupe. Perceval qui nous a aidé un temps, prend un moment pour crée sa propre histoire pour sa participation.

Il est 17 h a peu près que tout le monde s’accorde sur l’histoire et son découpage en planche. Ne reste plus qu’à trouver un titre. Et il naitra de la combinaison heureuse de trois propositions différentes : Fix au vert ou un nouveau monde de la verte obsession. Tada!!

Les 25 heures de la bande dessinée 2017 Paris

Les 25 heures de la bande dessinée 2017 Paris

 

Les planches sont distribuées à chacun suivant les affinités au dessinateurs. Dorine préfère jouer le rôle crucial de coloriste. L’on commence à se mettre au boulot, et c’est dans cette atmosphère ultra professionnelle qu’Antoine passe nous soutenir en amenant avec lui un saucisson de qualité. Qualité prouvé par la rapidité avec laquelle le saucisson a disparu, avalé par tout à chacun.
La pause gastronimique finie, Marie repasse à nouveau. Elle a fini son scénario. Mais encore, elle préfèrera rentrer chez elle pour poursuivre sa BD. Notons le passage d’Hannah, venue nous encourager. Elle en profitera pour prendre des photos de ce moment.

Peu à peu le groupe fond à mesure que la nuit approche. Greg, Dani puis Dorine rentre chez eux, non sans promettre de revenir le lendemain à la première heure.
La vrai faim commence à sevir parmi les restants. Nous decidons de prendre un petit sandwitch rue Mouffetard. La pause n’est pas désagréable et donne l’occasion d’échangé un peu hors cadre de l’exercice. Notre choix s’arrete sur une gargotte qui fourni en Crèpes et Paninis. Pas le temps de manger sur place, on reprend nos sandwitchs pour retourner à l’atelier. Là, un mot de Gaëlle, passée durant notre absence, est schotché sur la porte. Nous nous sommes ratés de peu. Dommage.
La nuit s’avance et Jérôme suivi d’Igor rentrent chez eux. Ne reste plus que Perceval et moi.

 

On dessine tranquillement tout en conversant sur tout et rien. La playlist nous tient éveillés. La nuit passe sans incidents majeurs, hormis le passage de 2 lourdeaux désirant s’incrustés dans l’atelier aux alentours de 4h du matin. La porte avait été fermée heuresement et cet épisode n’aura aucune conséquence. L’on commence à sentir la fatigue. La main est lourde et maladroite, le cerveau ne pense plus tout à fait bien. Dessiner devient sporadiquement impossible. Perceval a deja fait au crayon plus de la moitié de sa BD. Je m’attaque de mon coté les planches non attribuées lors du découpage, pour optimiser le temps restant pour le matin venant.
8 heure est la sans s’en rendre compte. C’est Dorine la première revenue. Puis Dani suivra avec des pains au chocolat. Tout comme Greg arrivé peu de temps après. Igor et Jérôme completeront à nouveau le groupe, et chacun finalise ses planches jusqu’a l’heure fatidique.


Perceval a enfin fini et il profite d’une petite heure d’avance pour encrer quelques unes de ses planches. La couverture de « Fix au vert ou un monde nouveau de la verte obsession » est fabriquée en dernier. Tout le monde est dans les temps, la tortue d’or est à portée de crayon. La dernière heure devient critique. Tout est dernière retouche, petit ajustement et coloriage à la volée.

Perceval est le premier à finir son épreuve. Sa BD , « Fureur Vampire » est en ligne. C’est la tortue d’or! http://www.25hbd.com/?pg=participation&pt=779&an=2017
Pour nous autre c’est à la dernière minute que tout se joue. Les planches sont envoyées à la chaine sur le site. Seul bemol tout n’est pas dans l’ordre. 13 heures est passée. L’on tente par dépit de remettre les planches dans la bonne succéssion. On croise les doigts pour que cela ne nous retire pas la tortue d’or…Et l’on conserve notre tortue d’or!!! « Fix au vert ou un nouveau monde de la verte obsession » est a son tour consacré avec un tonnerre de hourra dans l’atelier! http://www.25hbd.com/?pg=participation&pt=602&an=2017
La collaboration, à l’instart des 23 heures de la BD 2016, a gagné son pari.

 

Marie est passée pour le finish. Mais elle décide de se contenter de la tortue d’argent, désirant prendre son temps pour fignoler sa petite oeuvre. « Propagande Maladive » sera achevée au terme des 254 heures de la BD. http://www.25hbd.com/?pg=participation&pt=596&an=2017
Pour une première participation en solitaire, c’est un bel exploit.
Je crois avoir tout mis sur ce Week End épique, mais qui laisse toujours un bon sentiment une fois achevé.
Prochain rendez-vous, les 23 heures de la BD, épreuve un plus difficile.

1000 merci à Bruno d’avoir organisé cet événement avec professionnalisme et bon humeur .

Les 25 heures de la BD 2017

Chaque année,

les nuits du changement d’heure, des fans de BD organisent un événement inspiré des 24 heures de la BD du festival d’Angoulême.

Et dans à peu près un mois, il y aura « les 25 heures de la BD et de l’illustration ».

L’exercice est le suivant :

le samedi 28 octobre à 13h, les organisateurs publieront un thème accompagné d’une contrainte.

Le but sera d’envoyer sur leur site dédié une BD de 12 planches ou illustrations (la couverture incluse) avant le dimanche 29 octobre, 13h.

Il y a deux ans, quelques élèves (moi inclus) se sont regroupés pour les 23 heures de la BD 2015 a l’atelier de dessin rue de la clef (dont on nous avait gracieusement laisser la jouissance). Tous en ont gardé un bon souvenir (je pense). A l’issue de cette participation, nous avions produit une BD collective et 3 BD individuelles.

Mon souhait est de pouvoir faire à nouveau un regroupement d’élèves voulant participer de manière collective ou personnelle. C’est aussi l’occasion de faire un petit banquet, de boire raisonnablement et bien manger.

A ses fins, je vais récupérer les demandes de participations de tous ceux qui sont intéressés dans le but d’organiser l’événement le mieux possible.

 

Pour participer, rien de plus simple, il suffit d’envoyer un petit e-mail à l’adresse : 25-h-bd@artgraphe.fr  

 

Ainsi, je pourrais créer un groupe e-mail dans lequel je pourrais dispatcher les informations et communiquer. Il n’y a pas à proprement dit de date limite pour participer si ce n’est que le 29 octobre à 13h. Mais ce n’est pas une raison d’attendre la dernière minute pour se décider à nous rejoindre

Bruno un élève comme vous du cours ArtGraphe.

 

 

Quelques informations.

L’événement est organisé par des personnes indépendantes du cours. Nous ne serions alors qu’un regroupement de participants sous la bannière « ArtGraphe ». Ceci est à préciser pour éviter les confusions possibles sur le choix du thème et de la contrainte, la date, le format… qui ne seraient pas de notre volonté.

De plus, la participation est gratuite. Il n’y a pas de frais à engager si ce n’est que son matériel de dessin à apporter, ou bien les quelques victuailles pour agrémenter le buffet.

Il n’y a pas de prix à gagner hormis le plaisir de recevoir l’insigne sur le site organisateur de la « tortue d’or » indiquant que l’on a pu fournir la bd dans les temps.

Les œuvres seront alors sur le site des 25 heures de la BD et pourront être consultées par tous. Je vous rassure, la couverture médiatique est certes nationale, mais cela reste tout de même marginal (à l’instar d’autres concours plus médiatique ouverts au public). Cependant, cela laisse toujours la possibilité de frimer auprès des collègues en montrant sur le site la petite bd que l’on a fait.

Il n’y a pas de contrainte de niveau en dessin pour le regroupement. Spécialement pour la bd faite en commun. Débutant ou confirmé, chacun apporte son expressivité sans aucun jugement de valeur. Pour reprendre les mots de Dani (un autre élève qui a aussi participé au 23 heures de la bd 2015), tout jugement sur la qualité des dessins pour la bd serait stupide. D’un parce que nous ne sommes pas des professionnels, et de deux parce que cela irait à l’encontre de l’esprit de ce regroupement (i.e. passer du bon temps ensemble).

D’ailleurs, participer n’implique pas forcement de dessiner obligatoirement.

On peut être présent en tant que supporter ou bien ne vouloir que participer à l’élaboration d’un script/scénario/histoire, ou encore ne faire que de la colorisation.

Voilà, je crois avoir presque tout dit.

J’espère que nous serons nombreux. D’ici là, à bientôt.

Bruno